(article rédigé en avril 2010 par Hubert GAUDIN, 1er Président du club)

En septembre 1976 des responsables de l'Amicale des Anciens du Rugby de la Haute Vienne et de la JA.ISLE Omnisports présidée par Guy RAMEAUX rencontrent Francis PALMADE et quelques mordus du rugby. Il est décidé la création d'une école de rugby animée par Francis PALMADE arbitre international réputé, habitant alors à Isle.

 

Pour la réussite de cette entreprise Francis exige que le Président soit médecin. Entre deux consultations et après trois ou quatre questions amenant autant de réponses précises, le Dr Hubert GAUDIN devient le premier Président de la JA.ISLE Rugby qui n'est encore q'une école, son rôle principal sera d'amener le maximum d'enfants à la pratique du rugby. Car Francis PALMADE a tout pensé, rien inventé dit-il mais pris simplement ce qu'il a jugé de mieux dans la structure et le fonctionnement des nombreux clubs qui l'ont reçu au cours de ses fonctions d'arbitre.

Il n'y a aucune infrastructure au sol. Cependant, le 1er octobre 1976, après quelques articles de presse, une trentaine d'enfants de 8 à 14 ans sont sur le terrain de la carrière. C'est une surface herbue de 600 à 700 m2 au pied d'une carrière désaffectée, sur laquelle est installée une cabane de chantier de 2mx3m, avec un point d'eau ; ce sera le premier club-house ! Rapidement le groupe d'enfants va s'étoffer, la recherche d'éducateurs nouveaux et compétents devient indispensable. D'autant que l'école de rugby d'Isle veut dépasser le simple stade d'apprentissage technique. Cette école dont la cotisation obligatoire pour tout adhérent est fixée à 1 franc de l'époque pour qu'il n'y ait aucune sélection par l'argent, est basée sur certains principes ou notions : respect des uns et des autres, développement de la camaraderie, de la tolérance, de l'abnégation, culture de l'esprit de groupe : créer l'équipe.

L'école accentue son développement en septembre 1978 grâce à l'arrivée de Michel LACROIX, professeur d'EPS au collège d'ISLE.

Basque d'origine, rugbyman formé à Garazi, Michel LACROIX va apporter par ses connaissances, sa pédagogie, ses compétences, un nouvel essor au sein de l'organisation. A cette rentrée 1978, l'effectif de l'école est de 60 enfants ; Ils seront trois fois plus nombreux dans quelques années. Michel LACROIX a été une pièce essentielle de la JA.ISLE pendant de nombreuses années.

En novembre 83 le destin va de nouveau projeter en avant la JA.ISLE. A l'occasion d'une mutation professionnelle, Guy MAURETTE, arbitre international, intègre le groupe. La JA.ISLE Rugby sera le seul club dirigé par deux arbitres internationaux à l'époque. Le club est en place d'autant que les dirigeants ont travaillé, de discussions en rencontres avec les responsables de la municipalité et quelques rares mais efficaces sponsors. Il a fallu organiser l'intendance, agencer un club-house dans un bâtiment prêté par la municipalité. Surtout, obtenir un terrain. Par l'action de certains d'entre nous, la commune peut acquérir un terrain d'environ trois hectares au cœur de la cité. Et le 12 septembre 83 l'école de rugby fait sa rentrée sur un terrain où se dressent 4 perches blanches. Le stade René Lamarsaude sera inauguré le 24 avril 84 par le Sénateur Maire Robert LAUCOURNET en présence de Marc GOSSE Président du Comité Territorial du Limousin et de Robert PAPEMRENBORDE et des frères VAQUERIN venus en amis invités par F.Palmade. Dans son discours le Sénateur Maire annonce la réalisation d'un club – house, avec 4 vestiaires avec douches et les dépendances indispensables , pour la saison 1985. En attendant, les vestiaires et douches du gymnase municipal tout proches seront utilisés.

Les infrastructures sont là et le 26 novembre 84, au cours d'une Assemblée Générale réunissant 200 personnes, il est annoncé la création, très souhaitée, d'équipes cadets et juniors. Surtout parce que nous avions constaté que de nombreux jeunes abandonnaient la pratique du rugby après avoir quitté la JA.ISLE car ils ne trouvaient pas de nouveaux clubs ou ne s'y plaisaient plus. Ces jeunes seront engagés en cadets régionaux et juniors Crabos et Danet.

Au cours de la fête de l'école de rugby qui a lieu le 26 janvier 1985, F.PALMADE annonce dans son discours les réceptions prochaines des écoles de rugby de Chateaurenard et de l'Aviron Bayonnais et surtout les débuts d'équipes seniors à l'automne 1986.Pendant les vacances de Pâques, les minimes et benjamins de la JA.ISLE fouleront les terrains d'Arras et du Danemark. La saison 85/86 débute sous les meilleurs auspices. Le 11 septembre , 35 nouvelles inscriptions portent l'effectif de l'école de rugby à 140 enfants. A la mi octobre ils seront 160 à fouler la pelouse de Lamarsaude. Au printemps 86 les minimes se qualifient pour le ¼ de finale du tournoi national UFOLEP, ils seront éliminés par Arras (4à3).Sur leur lancée ils remportent le tournoi de la Porcelaine, terminent 3ème du tournoi Michelin de l'ASM et se qualifient pour le super challenge de France qui a lieu à Agen le 19 mai. Exploit de la JA.ISLE, victorieuse successivement d'Agen, Grenoble, La Valette, Graulhet, Cognac pour disputer la finale contre le Stade Toulousain. Epuisés, nos jeunes s'inclinent 12 à 3, en face d'eux il y a Toulouse....

Ce jour là, les quelques dirigeants Islois, qui sont sur le bord de touche, savent qu'ils ont réussi, qu'ils avaient devant eux l'avenir du club. Peu de temps après cet événement, la presse avance les noms de Jean Michel DAURES et de B.CUQ comme entraîneurs de l'équipe seniors qui débute en 4ème série. Deux mois avant le premier bouclier de champion du Limousin, le 26 avril 1987, la JA.ISLE fête le jubilé de Francis PALMADE. Devant 5000 spectateurs sur des gradins démontables venus des Landes, la pelouse est foulée par l'équipe de France en partance pour la coupe du monde en Nouvelle Zélande. Francis arbitre son dernier match de l'équipe de France, le ballon descend du ciel, on inaugure le club-house, on fait la fête. Le soir près de 700 couverts seront servis de façon impeccable par les cadets et minimes du club en présence de nombreuses autorités. Ce rêve , insensé, qui fut l'œuvre pour l'essentiel de Guy MAURETTE nous a montré la capacité d'un groupe de dirigeants totalement impliqués dans un projet. La fête n'empêche pas l'équipe seniors de caracoler en tête de sa série. Il en sera ainsi 5 années consécutives, ne concédant qu'une seule défaite à Seilhac. Evidemment qualifiée pour le championnat de France, l'équipe échoue en finale honneur devant Fos sur Mer (10 à 6) mais la JA.ISLE est en fédérale 3 ; nous sommes en 1991

Club de fédérale 3 la JA.ISLE participe aux plays off 3 années consécutives et au printemps 94 par sa victoire sur Armentières, elle monte en fédérale 2 . Au cours des 8 années qui vont suivre, le club va subir quelques modifications. Après une année de co-présidence, Alain MAGNE devient président de la JA.ISLE. Il laissera la fonction à Guy MAURETTE en 1996 et jusqu'à juin 2002. Pendant ces années , la JA.ISLE , courageuse , se heurtera à des 2quipes dont la plupart participent actuellement au championnat de fédérale 1 mais des budgets étroits, trop serrés n' ont pas permis l'apport de deux ou trois éléments pour encadrer les jeunes joueurs issus du club. Et en 2002 la JA.ISLE redescend en fédérale 3. Raymond LABARSOUQUE, dirigeant depuis 1991 est porté à la Présidence.

Heureusement l'école de rugby est de qualité, malgré une légère baisse d'effectif à une certaine époque, les jeunes sont toujours là. Les équipes minimes par leurs nombreuses victoires dans les tournois remplissent les vitrines du club house de leurs coupes et trophées. Les équipes cadets et juniors participent régulièrement aux phases finales du championnat. Ainsi nos cadets remportent le bouclier des cadets à XII en 2001 et tout récemment la finale Teuliére du secteur Sud-Ouest. Les juniors, peu de temps après leur création, dans les diverses catégories, apportent de grandes joies et espérances. Déjà en 89/90 les Crabos sont éliminés par le Stade Toulousain en ¼ de finale , ils étaient en compagnie de Béziers, Narbonne, Agen, Racing CF, AS Montferrand et Perpignan, que du beau monde...L'équipe Danet dispute une demi finale et l'année suivante (1991) verra la conquête du bouclier Danet aux dépens de Valras. Encore un effort et en 1996, l'équipe Phliponneau remporte le championnat.

Les années suivantes verront les Islois conquérir à deux reprises le Challenge des Provinces en 1996 et 1997, participer deux années successives en 2000 et 2001 à la finale Crabos. Chaque fois contre Béziers et chaque fois vaincus mais fiers d'en être arrivés là.

Au club house, on peut bien sûr admirer tous les trophées mais aussi deux maillots sous cadre : celui du Biarritz Olympique champion de France porté par JB. Gobelet international des moins de 21 ans et celui d'Alexis Palisson international des moins de 21 ans et titulaire du XV de France.

Tous les deux sont issus de l'école de la JA.ISLE.

A la fin de l'année 1984, le Président A.FERRASSE avait fait parvenir ces quelques lignes à la JA.ISLE « En qualité de Président de la Fédération Française de Rugby, un de mes rôles essentiels est de m'occuper de l'ensemble des clubs français. Je rencontre souvent les dirigeants des grands clubs. Aujourd'hui, c'est avec un plaisir non dissimulé que je rédige cet éditorial et que je viens apporter tous mes encouragements et toute ma sympathie à un sans grade petit club entre les petits, mais un grand par le nombre de jeunes qu'il représente.

La Jeunesse Athlétique Isle Rugby détient la clé de la vérité et de l'avenir de notre sport et je dois rendre un hommage particulier à ses dirigeants car, dans un fief de football, ils ont su être les chantres de ce club et lui donner une âme. Leur amour des jeunes et leur abnégation totale ont suscité l'éclosion d'un futur grand club. Grâce à cette foi, la JA ISLE possède une très belle école de rugby et à la fin de cette année , des cadets et des juniors nombreux viendront compléter cet ensemble.

Il ne fait aucun doute que l'avenir appartient à ces nouveaux missionnaires.

Ce club a franchi l' âge de l'adolescence , le voici presque adulte et je ne doute pas de le voir rapidement s'élever dans la hiérarchie car la présence de ces jeunes le prédestine à des lendemains qui chantent »